26/04/2011

Les travailleurs sociaux à l'assaut des logements vides

TOULOUSE. Une trentaine de personnes, principalement des travailleurs sociaux, occupaient ce mardi 26 avril à Toulouse un bâtiment vide pour alerter l'Etat sur l'absence d'hébergements en centre ville pour les SDF «en grande précarité», a déclaré un des porte-parole du mouvement, Pierre Cabanes.

«Nous voulons prouver à l'Etat qu'on est capable de trouver un local en centre-ville», a indiqué à l'Agence France Presse ce membre du Groupement Pour la défense du travail social (GPS) qui a investi cet immeuble de bureaux d'un étage libéré il y a 2 ans par l'Agence pour la formation professionnelle des adultes (AFPA).

L'immeuble, qui dispose de l'eau courante, de l'électricité et de toilettes, «est occupé depuis 48H», a-t-il dit en déplorant que les SDF les plus précaires soient le plus souvent placés dans des centres d'accueil «en périphérie, très loin du centre où ils ont leurs habitudes».
A l'intérieur des bâtiments, des matelas et des provisions ont été entreposés.

«On nous dit qu'il n'y a pas de local, on le prend», a ajouté Pierre Cabanes, affirmant qu'il y a eu «22 décès répertoriés chez les SDF de Toulouse entre le 1er avril 2010 et le 31 mars 2011» et que «les services d'urgence sont débordés».
«L'Etat veut faire le maximum d'économie, et on le fait sur les plus fragiles, les miséreux», a-t-il encore déploré.

Sur la porte donnant sur la rue, le GPS a placardé des petites affichettes déclarant: "Ce lieu est notre domicile ainsi que notre résidence principale. En tant que résidents de l'immeuble, nous sommes protégés par la loi, (...) il ne peut y avoir d'expulsion sans décision exécutaire du tribunal d'instance".
Le 31 mars, le GPS avait occupé quelques heures la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse, sur la place de la préfecture, avant d'en être délogé par les forces de l'ordre.

Source AFP.