"En cette année 2015 les dates de naissance de Jésus et du prophète Mohamed coïncident klemême jour. Cette concordance de date extremement rare est une occasion unique de partager, méditer ensemble et réaffirmer plus que jamais en ces temps de défi pour l'humanité, la fraternité essentielle qui unit nos deux communautés. C'est avec le désir de mieux se connaître que le 19 décembre voint se retrouver ensemble chrétiens et musulmans pour un temps de partage et de prière."

FESTIVAL Mawlid Toulouse du 19 decembre au 10 janvier.

Voici le compte rendu !

Compte rendu de la rencontre :

 

C’est la première fois que je participai à une rencontre avec des musulmans. L’information m’en est venue par une paroissienne de la Daurade l’ayant elle-même reçue de Patrick Vincienne du CIEUX (Comité Interreligieux pour une Ethique Universelle contre la Xénophobie). Cette rencontre en ouverture du 10ième festival du mawlid qui se déroule à Toulouse du 19 décembre au 10 janvier et organisé par AISA Midi Pyrénées et les Scouts musulmans de France, n’était pas annoncée sur le site du diocèse.

Compte tenu du lieu chemin de Paléficat -difficile d’accès en transport en commun- j’ai eu la chance de bénéficier de la voiture de Patrick Vincienne ce qui nous a permis tant à l’aller qu’au retour d’échanger et de mieux nous situer dans le paysage toulousain.

 

Nous avons été reçus dans une salle richement décorée avec des tentures ornées de belles calligraphies arabes, notamment les noms  de la famille du prophète de l’Islam et s douze imams chi’ites. La grande pièce était bien pleine avec plus de chrétiens que de musulmans.

Deux brefs exposés vont introduire cette après-midi : pour les chrétiens Mgr Robert Le Gall, archevêque du diocèse de Toulouse, et pour les musulmans Mr Hamid Demmou Président d’AISA ONG International et professeur de physique à l’université Paul Sabatier.

 

Quelques propos de Robert Le Gall

Nous vivons respectivement de l’héritage de Jésus et Mohamed. Je parle le premier suivant  l’ordre chronologique d’apparition de nos religions respectives dans l’histoire.

Le prophète est quelqu’un qui parle au nom de Dieu, il écoute la parole de Dieu et il parle à Dieu. J’ai écrit un petit livre sur Abraham, Jacob, Moïse, je l’ai intitulé : « les premiers amis de Dieu ». Le prophète est dans la confidence de Dieu.

En ces jours où nous nous préparons à vivre Noël, la liturgie nous propose 7 grandes antiennes qui commencent par Ô, comme pour dire notre admiration devant la venue de Jésus en notre monde. Ces antiennes sont la prière des prophètes, elles traduisent leur ardent désir de la venue du Sauveur Jésus. Ô Sagesse ; Ô Adonaï ; Ô Racine de Jesse;… Ô Emmanuel, et pour nous, Jésus est l’Emmanuel, c’est-à-dire Dieu avec nous. Et le nom de Jésus veut dire “Dieu sauve”.

L’histoire de Jésus est difficile dés sa naissance, la crèche ce n’est pas une histoire à l’eau de rose ! Il naît alors que ses parents doivent aller se faire recenser et ils ne trouvent pas de place dans les auberges, il naît dans une étable pour animaux. Peu après il devra fuir en Egypte pour ne pas être tué par Hérode le Grand, un tyran local à qui l’on attribue le massacre des saints innocents.

Adulte il a parcouru le pays en faisant le bien, en étant le Verbe de Dieu, le visage de la miséricorde du Père : il a guérit les malades, chassé les démons, pardonné aux pécheurs. Il n’a pas été compris ; jalousé, on sait comment il a fini sa vie, il est crucifié mais Dieu l’a ressuscité et il est apparu par la suite à ses disciples. Ce Jésus est le Sauveur. Nous confessons qu’il est le fils de Dieu, c’est ce qui nous sépare, car pour vous Dieu ne peut pas avoir de fils. Pour nous Dieu est amour, et l’amour unit les personnes. C’est pourquoi nous croyons que Dieu est communion de personnes qui s’aiment. L’amour humain peut nous aider à comprendre la profondeur de ce mystère (le mystère n’est pas quelque chose que l’on ne comprend pas, mais quelque chose que l’on n’a jamais fini de comprendre). Un des Livres de la Bible, le Cantique des Cantiques,  est un poème d’amour. Ce livre a été lu comme un poème profane mais aussi comme un poème qui parle de l’amour de Dieu pour son peuple. Il est lu à la synagogue lors de la fête des pains sans levain. Les chrétiens le lisent comme une allégorie de l’amour divin, de l’amour mystique.  L’amour unit les personnes sans les confondre. C’est comme cela que nous croyons que Dieu est communion de personnes qui forment une unité absolue, Père, Fils et souffle d’amour qui les unit.

 

Quelques propos d’Hamid Demmou

Cette concordance à travers la naissance de deux êtres éminents qui ont marqué l’humanité et continuent de le faire aujourd’hui c’est une lumière adressée par Dieu. En nous envoyant ces deux êtres il nous donne l’espoir, nous apprend à adorer pour notre bien et apprendre que l’humain est un réceptacle divin. Jésus est qualifié de verbe de Dieu et de souffle. Nul autre être ne peut se targuer de cette existence. Dans le Coran il y a une spécificité de Jésus l’important étant ce que représentent pour nous ces êtres. Ils sont venus pour nous apprendre quelque chose. Jésus est essentiellement spirituel. Tout le message de Jésus est un message spirituel.

Mohamed son histoire est un peu différente. Né au VIème siècle en 570. Mohamed est un descendant d’Abraham. Avant l’Islam, à l’exception de petits  groupes  juifs, chrétiens ou monothéistes dans la filiation d’Ibrahim, il n’existait pas de croyants en un Dieu unique à la Mecque. Tous les autres étaient polythéistes. Mohamed recevra une mission qui est celle du prophète : parler au nom de Dieu. Ce qu’il va dire va devenir la parole de Dieu qui sera le Coran. Jésus est le verbe et c’est différent. Mohamed n’a pas été accepté par les Mecquois, il a subit des brimades et injustices. Ce message qui ne passe pas fait que ses adversaires décident de le tuer. On est alors dans un système tribal et clanique. Ainsi chaque clan désigne un homme pour donner le coup fatal à Mohamed. Dieu en avait décidé autrement car sa mission n’était pas finie. Dieu a décidé qu’il ne serait pas tué. Dans son lit, les comploteurs trouvent Ali qui a été mis à la place du Prophète. Le prophète quitte alors sa ville pour aller à Médine, ce qui va permettre au message de se diffuser dans toute l’Arabie. Médine deviendra le centre religieux.

Il y a beaucoup de similitudes entre Jésus et Mohamed.

Comment ces deux personnes vivent aujourd’hui à travers nous ? Fêter leur naissance c’est une manière de retrouver cette vie qu’ils nous ont apportée. Présents par l’amour que nous leur portons. Parler d’eux c’est les faire revivre en nous.

Vivre ensemble un temps de fraternité est un enrichissement mutuel. L’avenir est fait de cette volonté de vouloir nous donner la main. C’est notre espérance.

 

Petits ateliers

Avec comme thème : regards croisés avec comme thème :

  1. Que disent les musulmans de Jésus
  2. Que disent les chrétiens de Mohamed

Pour les musulmans, obligation est faite de croire en tous les prophètes y compris Jésus.

Pour les chrétiens que disons-nous du prophète Mohamed ?

Je suis repartie avec cette question.

Notre après midi c’est terminée par des chants de la confrérie « Alawiyya » et autres refrains connus de l’ensemble et un goûter accompagné de thé à la menthe permettant de poursuivre des contactes plus personnalisés.

Annie Dreuille

(Avec les apports de Martin Pochon Sj et Jean-Jacques Rouchi chargé du dialogue interreligieux)

 

Information des rencontres de janvier :

Le 8 janvier : Islam, Voix de femmes Espace Duranti, salle Osete 20h30

Le 9 janvier : Méditer la paix. Réunion spirituelle Maison diocésaine du Christ Roi à 15 h.