"Les soufies utilisaient une image pour parler de notre relation avec les musulmans. C'est une échelle à double pente. Elle est posée par terre et le sommet touche le ciel. Nous montons d'un côté, eux montent de l'autre côté, selon leur méthode. Plus on est proches de Dieu, plus on est proches les uns des autres. Et réciproquement, plus on est proche les uns et les autres, plus on est proches de Dieu. Toute la théologie est là-dedans ! " (extrait  du témoignage du dernier moine de Tibhirine Le Figaro Magazine février 2011)

 

ci-dessus,copie d'une illustration tirée de "Histoires 
des prophètes et des rois du passé" 1581, Iran

Epoque contemporaine 
D’une rive à l’autre : les Sept Dormants d’Ephèse
C’est en 1954, quelques mois avant l’insurrection du 1er novembre en Algérie, que Louis Massignon, historien orientaliste, crée le premier pèlerinage islamo-chrétien, en Bretagne (au Vieux Marché, près de Plouaret dans les Côtes d’Armor). Il avait été frappé lors du Pardon de 1953, auquel il assistait pour la première fois, par la similitude entre les paroles de la vieille gwerz chantée en breton, et les versets de la sourate 18 du Coran, la sourate de la Caverne.
Selon la légende, vers 127 après JC, près d’Ephèse (en Turquie), sept jeunes chrétiens se seraient endormis dans une caverne, pour échapper aux persécutions romaines. Vers le milieu du Ve siècle, ils auraient été miraculeusement réveillés par le bruit provoqué par le dégagement de la caverne.
Le culte des Sept Dormants s’installa aussitôt et se développa rapidement, en Orient mais même en Occident.

Dans le texte breton, on évoque une crypte-dolmen, à laquelle est associée le culte des Sept Saints. Leur histoire commence à Ephèse ; ils auraient été victimes des persécutions de l’empereur Décius. Comme ils refusaient de renier la foi chrétienne, on les emmura vivants dans la caverne où ils s'étaient réfugiés, et là, ils dormirent "dix-sept et huit fois fois vingt ans" Une chapelle a été construite en leur honneur et la gwerz relate de nombreux miracles liés à cette dévotion…Comment ce culte est-il parvenu en Bretagne (peut-être accompagné de reliques) ? Il est probable qu’il se soit propagé en suivant les routes du commerce de l’étain.

Le jour du pèlerinage, la messe est précédée d’une récitation des versets de la sourate 18 en arabe. Dans la nuit, les pèlerins chantent autour d’un feu de joie.

A Ephèse également, on continue à honorer les Sept Dormants : chaque année des dizaines de milliers de pèlerins, musulmans et chrétiens viennent prier et se recueillir à la Maison de Marie et à la Caverne.

Le culte des Sept "Gens de l’Inscription" est célébré aussi dans d’autres pays musulmans : à Damas, en Algérie (aux environs de Sétif). On le trouve également à Grenade.

Dessin : Annie Maurens 
Auteurs : Geneviève Joutard et Danielle MONTARIOL